Mid-quoi ?


Midriff ! Ce dont je vais vous parler aujourd’hui touche au vent de folie qui a soufflé sur les tendances vestimentaires de l’été dernier. Je m’excuse au passage de poster les photos avec deux mois de retard, mais promis juré non seulement je l’avais cousu à temps pour être totalement hype, mais en plus j’ai pris les photos quand il faisait encore 35° et non pas 10. Maintenant je ne sors plus sans ma petite laine. Passons.

Bref, la tendance « midriff », c’est l’alliance du ventre dénudé des années 90 avec la taille haute. Le principe consiste à laisser une bande de peau entre le haut de sa jupe/son pantalon et le bas de son haut, certes, mais attention, avec classe : sans montrer le nombril ! Évidemment ça m’a d’abord fait rigoler grassement, jusqu’à ce que je tombe sur les photos du défilé Dolce&Gabanna :

Une fois l’association d’idées 90’s remplacée dans ma tête de jolies images de pin-ups à la plage, ça a été la débandade et j’ai passé plusieurs jours à fouiller le web à la recherche des photos et des dessins de play-suits des années 40. C’était décidé, il m’en fallait absolument un pour l’été !

Mais malgré toute la bonne volonté du monde, je n’étais pas encore prête à assumer le combo mini-short + brassière en imprimé à palmiers, je me suis donc rabattue sur un objectif plus sobre avec cet ensemble tiré de la même collection :

J’avais déjà repéré l’an dernier dans le Burda de mai une jolie série d’inspiration rétro avec un ensemble jupe longue (enfin, pas longue-longue, longue-milieu-du-mollet-bof-bof) et brassière qui à l’époque m’avait fait lever un sourcil rigolard.

Bien entendu il était hors de question de porter le bustier tel quel sans risquer une visite de la police du goût, j’ai donc mixé le patron avec celui de la robe bustier du même numéro, afin de le rallonger d’une quinzaine de centimètres. J’ai aussi retracé les bretelles histoire d’avoir un peu plus de couvrance et de se rapprocher de la photo d’inspiration.

N’ayant que peu confiance dans la durée de la tendance (la preuve, je suis sûre que vous ne vous en souvenez déjà plus…) ni dans ma motivation sur le long terme à montrer mon abdomen à tous les passants, je me suis débrouillée pour rallonger le haut suffisamment pour pouvoir être porté soit se superposant au dessus, soit rentré dans la jupe, et je dois dire que cela me plaît nettement plus comme ça.

Désolée pour les plis sur le bustier, je l’avais porté toute la journée avant de prendre les photos, et il aurait mérité un meilleur repassage…


En plus du retraçage de patron dont je n’ai pas l’habitude, le modèle est bourré de détails sympas : c’est la première fois que je construisais un bustier avec des bonnets en plusieurs parties, et je dois dire que ça va tout seul. En plus de ça il est baleiné, le dos est fermé par une rangée d’agrafes, et la jupe est élastiquée à la taille, mais a aussi des plis plats sur le devant et des fronces à l’arrière. J’aime beaucoup l’idée de remplacer les fronces par des plis (ou simplement de les supprimer) sur l’avant de la jupe afin d’avoir un peu moins de volume à ce niveau là. C’est aussi le cas sur ce patron de robe qui est sur ma to-do list.

La jupe avait à l’origine deux grandes poches sur les côtés, coupées dans le biais. Et si elles ont beau avoir un très joli tombé, le résultat sur la silhouette en est pour le moins… étrange.


J’ai beau bien aimer les grandes poches en théorie, il faut bien avouer que dans la réalité c’est franchement moins flatteur, j’ai donc rajouté une boutonnière de chaque côté pour les fermer et donner une silhouette plus harmonieuse à la jupe (et du coup ça me fait quand même des poches sympas devant et derrière les boutons !).


Quant à la longueur, le mi-mollet grandes tailles m’arrivant à un endroit vraiment pas terrible du genre mi-chevilles, je l’ai raccourci de 10 cm. Avec des talons ça fait une très jolie longueur, et ça change (et si en plus on dit « tea-length » au lieu de « mi-mollet », ça fait tout de suite plus classe, n’est-il pas ?).

J’ai encore quelques petites choses à vous montrer de cet été, mais après je passe à des projets plus automnaux c’est promis. Là j’ai froid rien qu’en regardant les photos !

Ensemble bustier et jupe « midriff »
Réalisé en juillet 2012
Burda mai 2011 – Jupe 126, Bustier 127 (+ pièces de la robe 122)
Taille 72 (36)
Tissu type chambray de chez Stop Tissus

Publicités