Tea Party

robe_tea_party_empiecementDisclaimer : la robe qui va suivre n’a pas été réalisée depuis les États-Unis, oh que non. Couture, tricot, broderie, j’ai bien peur que tout cela passe complètement à la trappe pendant encore deux mois. C’est donc une robe qui date de mai dernier que je vous présente !

Il s’agit de la robe Butterick B5708, une réédition d’un modèle de 1953 sur laquelle j’avais complètement craqué à sa sortie (de la réédition, pas en 1953). J’ai acheté le tissu sur un coup de cœur, avec la robe en tête mais sans occasion précise pour la porter. Comme elle fait plutôt habillée elle aurait pu se retrouver au placard, mais elle m’a finalement sauvé la mise pour le mariage de mon cousin, faute de temps pour faire la robe en soie que j’avais prévue depuis l’an dernier (procrastination, encore et toujours).

robe_tea_party_faceSi je trouve le résultat très chouette en particulier sur ces photos, merci encore une fois à Eléonore j’en ai vraiment bavé pour la faire : entre le tissu, le patron et mes bourdes à répétition, j’ai bien cru que l’univers s’acharnait contre moi.

Pourtant tout avait bien commencé, par un coup de foudre au Marché St Pierre pour ce tissu qui me rappelait étrangement Alice au Pays des Merveilles. Je trouve le motif vraiment superbe, les couleurs sont belles, plus profondes en vrai que sur les photos. En plus le tissu a une belle tenue, avec un peu de stretch ce qui fait que non seulement il est confortable mais en plus il ne se froisse pas beaucoup. Par contre à part ça, quelle plaie !

robe_tea_party_cote

Il faut dire, déjà, que je me suis plantée en l’achetant : supposant naïvement qu’il était en 1m40 de largeur alors que c’était en réalité du 1m15, je n’en ai pas pris assez pour faire la robe entièrement dans ce tissu. Je suis donc retournée au Marché St Pierre pour en racheter, mais il était bien sûr épuisé. Je suis donc revenue avec du tissu contrastant pour faire l’empiècement, tout d’abord du blanc, qui une fois coupé s’est avéré trop épais, et puis il était trop blanc et pas assez ivoire et ça jurait. Je suis donc retournée du côté de Montmartre une troisième fois, et là gros coup de bol chez Moline puisqu’il y avait du voile de coton en soldes, et parmi les rares couleurs ce marron qui était parfaitement assorti.

robe_tea_party_dosLe vrai problème, par contre, tient entièrement au tissu lui-même : le motif n’est pas du tout dans le droit fil ! Grosse galère du coup pour essayer de faire les raccords, je m’en suis sortie pour les coutures centrales, les plus importantes, mais j’ai du abandonner pour les côtés. Ça se voit un peu sur la photo suivante, mais je trouve que le motif chargé et mon air hyper snob sur la photo distraient suffisamment pour que ça passe.

robe_tea_party_smugCe qui est sûr, c’est que je ne referai pas le patron ! L’empiècement est, à mon humble avis, très mail patronné, les bretelles à nouer partent beaucoup trop sur les côtés, comme si j’avais les épaules 10 à 20 cm plus larges. Enfin, je dis « mon humble avis », mais quasiment toutes les reviews que j’ai lues se plaignent du même problème. Alors même si en théorie il s’agit d’une robe « multi-nouable » que l’on peut porter de plein de façons différentes, c’est vraiment très dur de trouver une manière flatteuse de nouer les bretelles, ça baille devant, ça ne drape pas bien, c’est beurk.

Dans un premier temps, j’ai cru que ça venait de moi, car je me suis plantée en la cousant. J’ai confondu l’envers et l’endroit sur un des morceaux de l’empiècement devant, et du coup j’ai cousu l’empiècement et sa doublure pas dans le même biais (c’est à dire que le biais n’était pas la même diagonale : sur l’un le droit fil partait vers la gauche, et sur l’autre vers la droite ; ça fait sens ?). Une fois la robe finie, quand j’ai vu que l’encolure gondolait autant, j’ai voulu tout mettre à la poubelle, mais dans un élan de courage j’ai entrepris de découdre tout le haut pour retourner la doublure dans l’autre sens (ce qui impliquait de découdre tout le pourtour de l’empiècement, fil noir sur tissu marron foncé et surplus recoupés à quelques millimètres… plus JAMAIS). Et puis au final… ça gondole toujours. Mais j’essaie de me persuader que moins, histoire de garder ce qui me reste de santé mentale.

robe_tea_party_juponUne fois les bretelles bien ajustées (c’est à dire après un bon quart d’heure de bidouillage devant le miroir), je l’aime beaucoup quand même, surtout portée avec un gros jupon. Ca fait complètement over the top, je prends plein de place quand je m’assois, et ça fait froutch froutch quand je marche (pour info, le jupon vient de chez ModCloth, je recommande vivement). Mais même sans le jupon, la longueur de la jupe elle-même fait déjà très habillé. Portable tout de même, vous croyez ?

robe_tea_party_detailRobe Tea Party
Butterick B5708
Taille 10
Coton stretch à motifs du Marché St Pierre
Voile de coton de chez Moline

Publicités

Lèche-vitrines

Les nouvelles fournées de patrons sont sorties il y a peu (enfin… il y a quelques semaines mais je suis à la bourre), et du côté des rééditions de patrons rétro, il y a du bon, voire du très très bon, que ce soit du côté de Vogue ou de Butterick. Voyez plutôt.

Chez Vogue :

V8788

Cette robe ressemble pas mal dans le principe à la fameuse « walkaway dress » de Butterick. Mais là où la réédition de Butterick demande de nombreux ajustements pour obtenir une coupe ajustée plutôt qu’un tablier d’hôpital (le résultat est splendide cependant), celle de Vogue a l’air plus flatteuse de base (un conseil cependant avec les rééditions Vintage Vogue : je prends la taille en dessous de celle conseillée car je trouve qu’ils abusent un peu sur les valeurs d’aisance).

V8789

C’est la vue A qui était présentée dans le mini-catalogue Vogue, et je l’avais trouvée plutôt bof au départ, rapport au tissu jaune qui fait davantage nappe provençale que robe fifties… Mais la vue B et son col bateau, rha, je craque ! Le modèle n’est pas franchement original, je vous l’accorde, mais la ceinture froncée est un détail sympa.

Chez Butterick :

B5708

Alors là je suis amoureuse ! Car non, ce ne sont pas quatre modèles de hauts différents, mais bel et bien le même noué différemment ! Et la vue rose, avec le vichy contrastant …! MIAM

Il me reste plus qu’à trouver du temps pour coudre, moi…

Edit (24/02/2012) :

Encore de la nouveauté chez Butterick !

B5748

Une robe de 1960, toute simple mais adorable, surtout la version avec le noeud dans le dos. Et pour une fois la photo de la réalisation est très réussie !