Chemises express

Je n’ai pas l’habitude de coudre autre chose que des robes ou des jupes, et encore moins de porter des chemises, mais en août dernier je m’étais acheté un short taille-haute pour l’été et je n’avais pas vraiment de hauts suffisamment courts pour être portés avec. C’est donc quelques jours avant de partir en vacances que j’ai décidé qu’il me fallait absolument une chemise à nouer pour aller avec (le midriff, tout ça, vous vous souvenez ?).


J’ai fouillé ma collection de Burda en cherchant le modèle le plus simple possible, et j’ai jeté mon dévolu sur ce chemisier datant d’avril : pas de pinces, pas de poches plaquées, pas de pied de col, juste assez longue pour la portée nouée et trois boutons pour la déco.

La première chemise m’a plus ou moins servie de toile, étant réalisée dans un vichy trouvé pour quasi-rien à Stop Tissus il y a quelques années, et pourtant de très bonne qualité (aaah, c’était mieux avant…). Il devrait m’en rester suffisamment pour un autre haut, mais il faudrait que je trouve un modèle suffisamment éloigné de celui-ci.

La deuxième est dans un voile de coton couleur menthe, là aussi grosse tendance de l’été dernier, on en voyait partout. Toute bonne rebelle que je suis (je fais de la couture moâ, je crée mon propre style, je ne suis pas un mouton victime des diktats des magazines) j’ai tenu, tenu… et évidemment, craqué au dernier moment et couru m’en acheter. J’ai tout de même eu un gros doute en rentrant du magasin de tissus sur son potentiel « blouse d’hôpital », mais une fois porté cela s’oublie vite. Il m’en reste toutefois deux mètres pour faire une robe, et j’ai peur qu’en total-look l’effet soit un peu moins chouette (sans compter que l’été prochain, j’aurais l’air d’une grosse has-been à porter cette couleur qui fait so 2012, bouhouh snif).

Quant au patron, il était parfait pour l’effet recherché, mais si je devais le refaire il faudrait tout de même faire quelques modifications. Les besoins d’une garde-robe en termes de chemises à nouer sont tout de même limités, et l’absence de pinces empêche vraiment ces chemisiers d’être portés tels quels et boutonnés. A la limite, rentrés dans une taille-haute, ça passe sous certains angles, mais ils sont si courts qu’ils ont tendance à remonter et à bouffer (ça se dit ?) d’une manière très inélégante au dessus de la taille.

Un autre défaut, et là, j’en assume la responsabilité, concerne l’entoilage. Contrairement à mes habitudes, où j’utilise du thermocollant intissé (celui qui ressemble à de la feutrine), j’avais trouvé dans mon stock un reste d’entoilage tissé. Si j’en avais en stock, c’est que j’avais du en utiliser pour un projet il y a très longtemps, mais lequel, impossible de me souvenir. Toujours est-il que, comme il était très souple, et mon voile de coton très fin, je me suis dit que ça collerait bien (haha). Sauf que si j’avais pensé à prélaver mon tissu, faire rétrécir l’entoilage au préalable m’était complètement passé au dessus de la tête, et dès le premier lavage de ma chemise je me suis retrouvée avec de grosses bulles au niveau des parties entoilées, le col notamment. Bon finalement c’est bien que ça me soit arrivée sur un projet pas très important comme celui-là, cela me servira de leçon (et si ça peut servir à d’autres au passage tant mieux !).

Mais dans tous les cas je suis bien contente de mes chemises, surtout étant donné le temps qu’il m’a fallu pour les réaliser. J’ai commencé la seconde l’après-midi du départ en vacances, coupé le tissu et cousu à la machine en deux heures à peine, et fini de coudre les boutons et les coutures à la main dans la voiture. Je les ai bien portées cet été, reste maintenant à voir si elles passeront le cap du prochain !


Chemises express
Réalisées en août 2012
Burda avril 2012 – Chemise 116
Taille 36
Vichy de chez Stop Tissus
Voile de coton du Maché Saint Pierre

Publicités

Cachez ce sein…

Un petit projet rapide, fini il y a quelques semaines, avec ce top en jersey issu d’un Burda de 2010. Petit retour sur le patron :

  • Les plus : facile, rapide à réaliser et bien coupé ; les fronces sont flatteuses et je pense doivent l’être sur toutes les morphologies
  • Les moins : très, même trop décolleté, et comme souvent avec les t-shirts Burda je le trouve un peu court

Je l’ai entièrement cousu à la surjeteuse, à part le biais à l’encolure, et les ourlets qui ont été cousus à la main. J’aurais bien envie de dire que c’est fait exprès, mais c’est surtout que je n’avais pas de fil rouge assorti et pas le courage d’aller en acheter… Au final j’aurais sans doute du, car l’ourlet invisible sur du jersey, ça reste tout de même moyennement convaincant !

La couple assez simple et la couleur unie en font un top facilement mettable, mais le décolleté reste un gros point noir : pas facile de trouver quelque chose à mettre en dessous. Si je devais le refaire, je le rallongerais de dix bons centimètres et j’essaierais de le retracer pour diminuer l’ampleur du décolleté, mais sur du raglan, pas évident… Du coup je ne le referai pas.

Le tissu est un jersey bordeaux très fluide, plus riche et moins flashy en vrai que sur les photos. C’était un coupon acheté durant les soldes de coupons chez Tissus Reine : 3 jours de ventes des fins de rouleaux qui ont lieu chaque année en janvier et en août, pendant lesquels on trouve de très bonnes affaires niveau qualité prix. Du coup j’ai tendance à éviter d’y aller pendant cette période, trop dangereux !

J’ai pas mal temporisé la rédaction de ce post, car à vrai dire je n’osais pas trop mettre les photos du décolleté. J’ai eu le droit il y quelques temps à des remarques d’amis non-couturiers comme quoi mes photos, tout à fait innocentes, de boutonnières passepoilées pouvaient être mal interprétées sorties du contexte !! Et bien je suppose que tout est question de point de vue… Alors je prends mon courage à deux mains et je poste les photos, car il faut que le monde sache à quel point ce patron, tout aussi joli qu’il soit, est délicat à porter…

Hors sujet : je sens qu’avec un titre pareil, je vais récupérer des mots clés un peu bizarres de la part des visiteurs de ce blog, ce qui m’amène à signaler que si la personne qui est tombée ici en cherchant « robe de super mario » repasse dans le coin, j’aimerais beaucoup qu’elle nous fasse partager ses trouvailles… 😉

Top en jersey
Réalisé en février 2012
Burda février 2010 – 122A
Taille 36
Coupon de jersey de chez Tissus Reine 

Un peu plus près des étoiles

Il parait que les étoiles sont les nouveaux pois. Tendance ou pas, lorsque je suis tombée le mois dernier chez Tissus Reine sur ce coton étoilé, bleu marine, turquoise et rouge, aux allures de costume de super-héros, j’ai craqué tout de suite. Mais je venais de ranger mon stock de tissu, et de prendre solennellement une bonne résolution pour la rentrée : ne plus acheter de tissu sans avoir un projet précis en tête à faire avec (parce que quand à chaque fois on achète deux mètres et qu’au final on n’a besoin que d’un mètre vingt, on se retrouve avec un stock de restes de tissu incontrôlable !).

Et bien plus jamais, vous m’entendez, plus jamais de bonnes résolutions ! Parce que quand je suis retournée, quelques jours plus tard, avec ma liste de métrages (du bleu marine pour une blouse, du turquoise pour un pyjama, et surtout, surtout, un peu de rouge pour faire le bandana rockabilly de mes rêves), et bien le rouge était en rupture de stock. Et bien évidemment, en août, on arrête les collections été, donc plus de rouge jusqu’à l’année prochaine… Désespoir absolu.

Au final je suis quand même repartie avec quelques mètres de bleu marine et de turquoise, et voilà ce que ça a donné :

Photo après crash-test

Un pyjama, qui fait plus Mike Tyson que Wonderwoman, mais qui est vraiment très agréable à porter. Le short est issu d’un patron pochette (Burda Young 7997) et réalisé trois tailles trop grand pour plus de confort, et pour le t-shirt je me suis basée sur la D du Stylish Dress Book, en enlevant les manches et en troquant les poches plaquées pour une poche dans la couture de côté pour garder un mouchoir sous la main.

Et une blouse issue de la série Brigitte Bardot du Burda de juin, sur laquelle j’avais des doutes au départ (pas trop mon style les blouses… blousantes) mais que j’aime de plus en plus. Reste maintenant à trouver avec quoi la porter !

Blouse étoilée
Réalisée en août 2011
124 – Burda juin 2011
Tissu étoilé de chez Tissus Reine
Taille 36

Pyjama
Réalisé en août 2011
Short : Burda Young 7997
T-shirt : D – Stylish Dress Book
Tissus étoilés de chez Tissu Reine

T-shirt Rockabilly

Porté en ce premier jour de Septembre fait-main, voici un t-shirt tout simple issu des restes de ma robe musette.

Pas grand chose à dire dessus, j’ai improvisé le patron en me basant vaguement sur un de mes t-shirts, et les finitions sont à l’aiguille double avec les bords intérieurs laissés à cru (car je n’avais pas encore ma surjeteuse à l’époque). Un biais maison pour finir l’encolure, et c’est prêt !

T-shirt Rockabilly
Réalisée en janvier 2011
Patron maison
Jersey à pois de Stop Tissu

Une toile… en Liberty ?

Ce joli dos nageur a déjà été vu partout sur la blogosphère depuis l’an dernier. J’avais déjà craqué dessus à l’époque, mais je rechignais à acheter le magazine Burda qui le contenait alors qu’un seul patron me plaisait (surtout que ma collec’ atteint déjà une taille critique). Alors quand le magazine Femina a mis à disposition sur son site le patron en question, j’ai fait fi de ma fierté et je me suis lancée à retardement dans la grande vague des dos nageurs. En Liberty qui plus est, car je cherchais depuis un moment un modèle qui me permettrait de sauter le pas : pas trop compliqué pour laisser le tissu sous les projecteurs, mais pas trop informe non plus pour ne pas le gâcher pour un énième top japonais mongolfiérisant. Et avec des détails sympas aussi : ce que je préfère sur ce patron, à vrai dire, ce n’est pas le dos, mais les boutons devant, façon lingerie. J’adore les boutons, même si les boutonnières me terrifient (Il faut faire des trous ! Dans le tissu ! Alors que tout est déjà bien cousu et qu’il ne reste pas de quoi recouper au cas où ! Aaaaaah !).

J’ai donc été à la droguerie m’acheter le coupon de Liberty Caesar sur lequel je lorgnais depuis un moment, mais ce n’est pas de lui dont il est question aujourd’hui. En effet, les explications du patron Femina étaient pour la version en une seule pièce, sans boutons, et j’appréhendais un peu la partie « improvisation » de l’assemblage : j’ai donc décidé de faire une première version dans un tissu pas cher, comme ça en cas de souci, ou si finalement le modèle ne me plaisait pas, mon beau Liberty serait indemne.

Puis en cherchant dans mon stock un reste de coton à sacrifier, je suis retombée sur ce Liberty, acheté à l’Aiguille en fête l’an dernier sur le stand de Tissus Anglais, et dont je n’avais encore rien fait : non seulement car je n’avais pris qu’un mètre et que j’ai du mal à trouver des patrons qui me plaisent qui demandent si peu de tissus, et surtout car j’avais très peur de couper dans du Liberty, même acheté à moitié prix. Mais encouragée par les commentaires dithyrambiques sur la coupe de ce patron, je me suis dit que c’était le moment, et ma toile est devenue un top on ne peut plus mettable.

J’aime beaucoup les rayures de ce tissu, surtout l’effet qu’elles donnent au niveau des pinces. Par contre je n’ai réussi à trouver le nom de ce motif nulle part, alors si une experte en Liberty passe par ici je lui serais très reconnaissante de bien vouloir partager sa sagesse avec moi !

Finalement l’assemblage ne m’a pas trop posé de problème, j’ai juste eu un petit doute au moment d’assembler le volant avec le haut : j’ai d’abord réalisé les boutonnières, fixé les boutons, puis essayé le tout sur moi, épinglé les deux parties ensembles avant d’assembler avec le volant froncé aux dimensions avec ma surjeteuse. Je me demande s’il est possible de se débrouiller pour que la couture soit invisible sur l’envers, en fixant la partie intérieure du haut à la main à points glissés : peut être si on ne coud pas la couture milieu jusqu’au bout ? Si quelqu’un passe avec le magazine sous la main, je voudrais bien des infos sur les instructions « officielles » concernant ce passage…


J’ai tout de même profité de l’occasion pour m’appliquer comme jamais, et même si la réalisation m’a pris deux fois plus de temps, le jeu en valait la chandelle : fronces bien réparties, bretelles bien symétriques, coutures à la main invisibles… J’ai aussi suivi l’exemple de Blanche Neige en réalisant des coutures anglaises : j’adore ! Ça fait vraiment très très propre de l’intérieur, et même si personne n’ira regarder j’en suis très fière.

La robe est à suivre bientôt !

Top nageur
Réalisé en août 2011
114 – Burda mai 2010
Liberty vintage de chez Tissus Anglais
Taille 36

King Kong

King Kong - Gros planQuand je suis tombée chez Zara homme sur ce t-shirt avec son affiche de King Kong très années 30, limite série B avec ses couleurs qui piquent les yeux, j’ai tout de suite pensé à la reconstruction du t-shirt Green Lantern de Saki. A vrai dire, j’ai d’abord essayé de convaincre mon homme de l’acheter pour lui, mais au vu de sa grimace j’ai préféré repartir avec une taille XL sous le bras, pour pouvoir la charcuter plus tard.

Je voulais reprendre le même patron mais j’avais peur de devoir couper dans le motif à cause du raglan, donc j’ai finalement jeté mon dévolu sur un modèle de t-shirt à col bateau et manches longues issu du Burda de février 2011. J’ai raccourci le t-shirt et les manches, et j’ai gardé les finitions originelles pour les ourlets.

J’aurais pu le faire plus ajusté (j’ai pris une taille 38 alors que je fais plutôt du 36 chez Burda) mais je voulais conserver un peu de bordures noires autour du motif.

J’aime particulièrement le détail sur la manche : le logo de RKO Pictures !

C’était mon premier projet en jersey avec ma toute nouvelle surjeteuse donc je suis plutôt fière du résultat, par contre grosse déception sur le col : ne maîtrisant pas encore les ourlets invisibles à la surjeteuse je suis repassée sur la machine pour faire la finition à l’aiguille double, mais j’ai du trop étirer le tissu car le col gondole un peu et roulotte beaucoup. Mais bon au final le roulotté rend plutôt bien donc c’est pas si mal !

T-shirt King Kong :
Modèle 123 – Burda janvier 2011
T-shirt homme XL en jersey – Zara
Taille 38 sans marges de couture