Couture bof

ensemble_largeur

J’ai un peu un coup de mou niveau couture en ce moment. Je commence à décalquer un patron, et au moment de couper le tissu, non, je le sens pas, alors je mets de côté. Pour les photos c’est un peu pareil, alors après trois tentatives ratées ou avortées faute de beau temps, je me suis forcée à immortaliser en intérieur, dans mon petit appart’ mal éclairé, deux réalisations qui datent du début d’année, et desquelles je ne suis pas franchement convaincue.

ensemble_devant

La première est une jupe taille haute, et elle est rose. Très rose.

J’avais repéré sur le blog de Mag sa superbe robe Belladone*, et en particulier la gabardine framboise dans laquelle elle l’avait réalisée et qui me semblait convenir à merveille pour la jupe Burda sur laquelle j’avais craqué :

Image_BurdaJ’ai donc couru au Marché St Pierre acheter ce que je croyais être le même tissu (mais en fait elle avait dit Marché St Michel, Mag, pas St Pierre !), et qui s’est avéré être en fait une gabardine stretch bien plus flashy. Alors même si j’aime beaucoup la couleur, je pense que le tissu en lui même n’est pas si adapté que ça, puisqu’il marque énormément les plis. Dès que je m’assois, c’est l’horreur. Et puis, elle brille beaucoup, quand même…

ensemble_dos

Si je ne suis pas convaincue par le choix du tissu, c’est vrai que le patron lui même est top, comme l’avaient notamment souligné Mag et Saki. La jupe a une taille haute très flatteuse, des poches stylées, et se ferme avec des boutons cachés (même si là encore mon choix de tissu raté fait que le rendu n’est pas génial). J’ai envie de dire que je la referais dans un meilleur tissu, mais je me connais, et ma todo list est déjà si longue !

* Belladone dont j’ai d’ailleurs hérité puisque Mag ne la mettait pas, et qu’elle était pile à ma taille ! Merci encore Mag ! Je l’ai mise pour faire une présentation en conférence, c’était parfait, c’est devenu ma robe porte-bonheur 😉

ensemble_encolure

La seconde est un t-shirt en jersey, à « l’encolure bien large », d’après la description du patron Burda. Alors ça pour être large, elle est large. Borderline vulgaire je trouve même. (C’est marrant comme porter un bustier ne me pose pas de problème, mais en rajoutant des manches, ça parait tout de suite moins habillé. Elle est où la logique ?)

J’aime beaucoup la couleur (du bleu canard !), et le tissu, un jersey très fin, est ultra confortable, mais je me demande tout de même si c’est portable. Il y a plein de détails que j’aime bien, pourtant : les découpes raglan dans le dos, la couture le long des manches, l’ourlet bien large aux poignets… Mais un décolleté pareil, surtout par ce temps-ci, c’est un coup à attraper une pneumonie !

Je crois que pour me rebooster un peu, je vais me lancer dans un projet pas compliqué et à succès garanti, du style refaire une robe Dolce Vita, ou un patron Deer&Doe. C’est quoi vos trucs pour remonter en selle quand vous avez l’impression d’être dans une mauvaise phase en couture ?

Jupe très rose
Burda 05/2012 – Jupe 106B
Taille 36
Gabardine stretch du Marché St Pierre

T-shirt à encolure très large
Burda 12/2006 – T-shirt 107B
Taille 36
Jersey du Marché St Pierre

Publicités

Robe éclair (ou pas)

Comme prévu, la thèse me laisse peu de place pour la couture et pour le blog, ce qui explique que la robe d’aujourd’hui a attendu d’être ourlée, prise en photo et présentée depuis… mi-septembre !

Alors certes, en octobre, j’ai tout de même réussi à coudre quelque chose. Pour les 90 ans de ma grand-mère, je lui ai offert cette chemise Burda, mais la chemise est allée la rejoindre sans passer par la case photo. Pourtant j’aurais bien aimé vous la montrer car elle était pleine de premières fois : première fois que je cousais avec un tissu fluide, premier col avec pied de col, premiers bracelets de manches… Bref la construction était très intéressante, même si j’ai vraiment galéré avec le tissu qui glissait et s’effilochait à la vitesse de l’éclair, et les 11 boutonnières qui me faisaient grincer des dents à chaque fois quique j’appuyais sur la pédale de ma machine… Quant au tricot, j’ai réussi à caser un peu de temps dans les transports pour faire une écharpe pour mon copain, mais là aussi il va falloir me croire sur parole…

Quant à cette robe-ci, il s’agit du patron McCall’s M6324, une robe à découpe princesse avec une fermeture éclair apparente sur le devant, commencée lors d’une journée de couture ultra-productive chez ma copine Diane, parties toutes les deux sur un coup de tête en mode « Et si on cousait le même patron en même temps ? ». Ce qui nous donne deux versions totalement différentes, moi en jersey épais, monochrome et avec des mancherons, et Diane en lin bicolore et sans manches. J’espère qu’elle postera les photos quelque part à l’occasion (clin d’œil clin d’œil) car le rendu n’a rien à voir et est très très chouette. Comme d’habitude avec les patrons « Big Four », j’ai pris une taille en dessous de la taille indiquée, c’est à dire une taille 10 au lieu d’une taille 12 si j’avais suivi le tableau des mesures. A part ça pas de modifications, si ce n’est l’ajout d’un crochet pour empêcher le décolleté de s’ouvrir davantage, mais ça c’est ma faute j’ai placé la fermeture éclair un peu trop bas.

A la fin de la journée la robe était presque finie, il ne me restait qu’à fixer la parementure à la main, monter les manches et faire l’ourlet. J’ai laissé traîner ça un moment, parce que je n’avais pas le patron (même si pour les trois étapes restantes je n’avais franchement pas besoin des explications), puis quand j’ai récupéré le patron j’ai encore laissé traîner parce que pas le temps, pas la motivation… Au final je me dis que c’est parce que j’étais un peu déçue du rendu : j’aurais du prendre encore une taille en dessous pour compenser l’élasticité du jersey, et zapper le surjetage intempestif qui n’apporte rien sur du jersey à part une épaisseur supplémentaire au niveau des coutures, et manque de bol le tissu est si épais que ça fait un effet tout boudiné… Du coup j’ai bien mis un mois à me résoudre à la finir…

Et finalement j’ai bien fait de me forcer ! Car une fois les manches montées et l’ourlet fait, la robe tombait tellement bien et était surtout si confortable que j’ai complètement oublié ce problème de taille en trop. C’est vrai que l’embêtant sur ce patron, avec la fermeture qui descend jusqu’en dessous du nombril, c’est – non, pas les gens qui vous sautent dessus pour tirer sur le zip, je vous vois venir, bande de petits dépravés – c’est qu’on ne peut pas mettre de ceinture pour la resserrer. Du coup je flotte dedans au niveau de la taille, mais j’ai l’impression que ça ne se voit pas trop sur les photos alors tant mieux, je la mettrais quand j’ai besoin d’espace… Les jours de buffets gratuits au labo, par exemple 🙂

Et en plus de son confort, de sa forme plutôt chouette, du côté original du zip et de la présence bien appréciable de poches (ce qui fait déjà pas mal), le gros atout de cette robe c’est indéniablement sa couleur ! Le jersey est d’un superbe vert sapin légèrement satiné, profond mais lumineux. Le premier jour où je l’ai sortie, j’ai eu droit à énormément de compliments sur la couleur, de mes collègues comme d’inconnus dans la rue, et je trouve qu’elle me donne bonne mine, ce qui est très rare, donc elle est définitivement adoptée et je lui pardonne sans hésiter ses problèmes de taille et de coutures boudinées.

Robe à fermeture éclair
Terminée en novembre 2012
McCall’s M6324
Taille 10
Jersey épais de Tissu Reine