Couture imaginaire

Ca fait pas mal de temps que je rêve d’une robe en velours rouge, et à l’approche de Noël certains de mes blogs anglophones préférés ont commencé à me bombarder de fabuleuses images.

Des robes de Noël chez Edelweiss Patterns et Lilacs and Lace

… et de l’inspiration à foison chez cette dernière :

Ensuite, c’est Thread&Needles qui s’y est mis avec un article très drôle sur l’origine et l’utilisation du velours.

Je le sais, pourtant, que c’est pas une bonne idée : tissu trop mou, trop lourd, aux connotations trop bourgoises ou médiévales, c’est la recette idéale pour un ratage en règle, surtout pour dans le meilleur des cas obtenir une robe qui ne soit portable que dans la petite fenêtre qui va du 22 décembre au 1er janvier.
Mais c’est plus fort que moi… La semaine dernière, j’en ai littéralement révé. J’avais cousu pour le nouvel an une robe en velours rouge vif à partir de ce modèle Burda (et après je partais à l’aventure et je pouvais me téléporter et tout, mais bon c’était quand même la robe le point central).

Un modèle cintré à la taille, avec un décolleté en U et des mini-manches comme j’adore porter, juste de quoi dépoussiérer ce tissu et ne pas avoir l’air d’un rideau qui parle. La révélation. En me réveillant j’ai noté tout ça, persuadée d’avoir eu l’idée du siècle. Une nouvelle robe pour le réveillon qui en plus me permettrait de participer au concours sur T&N.
Sauf que… Sauf que la réalité revient, le travail aussi et prendre deux jours sur mes vacances pour tenter de coudre une robe improbable, ça n’était pas possible, surtout que j’ai sur le feu un manteau à moitié cousu et dont j’ai vraiment besoin, pour le coup. Alors je prends des notes, je rêvasse un peu et je fais de la couture imaginaire.  Si j’écris déjà le post sur le blog, c’est un peu comme si je l’avais cousue non ? C’est que j’ai une bonne to-do list à vider, moi…

Publicités