De l’importance du choix du tissu

Toujours pas de nouveautés niveau couture (mais je suis bien décidée à trouver du temps, de gré ou de force, pour m’y remettre cette semaine !), alors je triche encore en vous montrant un projet réalisé l’an dernier. Il s’agit d’une robe plutôt sobre, cousue pour ma cérémonie de remise des diplômes.

Elle a été réalisée selon un patron Vogue, le V8615. A première vue on dirait un patron « vintage vogue » mais il s’agit en fait d’une « very easy ». D’ailleurs les visuels de la pochette jouent bien sur ce côté là en le présentant réalisé en pied-de-poule :

Les détails du patron me plaisent beaucoup : un couture au milieu tout le long du devant, une jupe évasée qui ne rajoute pas d’épaisseur à la taille, un décolleté bateau devant et en V dans le dos, et surtout elle est entièrement doublée et avec des poches ! Ce qui fait qu’elle est franchement pratique et très confortable à porter.

Le bémol, clairement, c’est le tissu. Je l’avais trouvé chez Sacrés Coupons, un joli violet, avec des reflets bleus ou parmes selon la lumière, très doux, et marqué 100% coton. Loin de moi de me douter qu’il allait froisser encore pire que du lin ! D’ailleurs lorsque je l’ai amenée au pressing la première fois (du temps où elle était toute neuve et que j’avais peur de l’abîmer en la lavant moi même) la dame du pressing n’a pas voulu me croire quand je lui ai dit que c’était du coton. Du coup au final le résultat est en demi-teinte parce que, même si j’aime beaucoup la coupe, le choix du tissu gâche vraiment tout, c’est un modèle qui a besoin de plus de tenue (c.f. la photo de la réalisation de Vogue), et ce cotin-lin-de-l’enfer froisse tellement que je n’ai même plus le courage de le repasser maintenant…

C’est drôle parce que dans la vraie vie, je l’aime beaucoup cette robe, mais en regardant les photos, elle me parait… comment dire… flasque. Je crois que les photos auraient déjà rendu bien mieux avec un jupon… Je crois que je vais tenter de la refaire avec un tissu qui se tienne mieux. Ce modèle est aussi très joli en tissu satiné, comme on peut voir sur le blog de Gertie, mais c’est tout de même moins portable.

Pour en revenir au patron, même si c’est un « very easy » c’est drôle mais je l’ai trouvé plus dur que les « vintage vogue », qui sont très bien expliqués. Ce n’est pas dramatique non plus, à vrai dire les explications sont faciles à suivre 98% du temps, mais au niveau des manches c’est désastreux. Il doit y avoir un problème dans les explications au niveau du montage car ça fait une couture toute moche à l’intérieur, avec la doublure qui ressort… Je n’avais pas le niveau à l’époque pour tenter d’improviser donc après m’être cassée la tête dessus, j’ai fini par laisser tel quel. Apparemment c’est un problème récurrent chez Vogue (Zibusine a eu le même souci avec un autre patron), je trouve ça assez moyen au vu du prix des patrons et de la qualité habituelle des finitions qu’ils proposent…

Wouhouuuuuuuuuuh ça touuuuuurne

Enfin bon je l’aime bien quand même cette robe, parce que chut, c’est un secret, mais elle est entièrement doublée en turquoise bien flashy ! 🙂

Robe quasi-vintage
Réalisé en novembre 2010
Very Easy Vogue V8615
Décolleté en V dans le dos et poches prises dans les coutures
Tissu en coton de chez Sacré Coupons
Doublure turquoise du Marché Saint Pierre

Publicités

Lèche-vitrines

Les nouvelles fournées de patrons sont sorties il y a peu (enfin… il y a quelques semaines mais je suis à la bourre), et du côté des rééditions de patrons rétro, il y a du bon, voire du très très bon, que ce soit du côté de Vogue ou de Butterick. Voyez plutôt.

Chez Vogue :

V8788

Cette robe ressemble pas mal dans le principe à la fameuse « walkaway dress » de Butterick. Mais là où la réédition de Butterick demande de nombreux ajustements pour obtenir une coupe ajustée plutôt qu’un tablier d’hôpital (le résultat est splendide cependant), celle de Vogue a l’air plus flatteuse de base (un conseil cependant avec les rééditions Vintage Vogue : je prends la taille en dessous de celle conseillée car je trouve qu’ils abusent un peu sur les valeurs d’aisance).

V8789

C’est la vue A qui était présentée dans le mini-catalogue Vogue, et je l’avais trouvée plutôt bof au départ, rapport au tissu jaune qui fait davantage nappe provençale que robe fifties… Mais la vue B et son col bateau, rha, je craque ! Le modèle n’est pas franchement original, je vous l’accorde, mais la ceinture froncée est un détail sympa.

Chez Butterick :

B5708

Alors là je suis amoureuse ! Car non, ce ne sont pas quatre modèles de hauts différents, mais bel et bien le même noué différemment ! Et la vue rose, avec le vichy contrastant …! MIAM

Il me reste plus qu’à trouver du temps pour coudre, moi…

Edit (24/02/2012) :

Encore de la nouveauté chez Butterick !

B5748

Une robe de 1960, toute simple mais adorable, surtout la version avec le noeud dans le dos. Et pour une fois la photo de la réalisation est très réussie !

Vintage Vogue

Fin du suspense ! La robe dont je parlais précédemment a bien été finie à temps pour mon Gala, mais dans l’excitation du moment j’ai complètement oublié de prendre des photos. Vous ne verrez donc pas non plus mon superbe chignon Brigitte Bardot (oui, bon, choucroute, d’accord), réalisé grâce à ce livre que je recommande chaudement.

Pour me rattraper, j’ai profité de la pause déjeuner ce midi pour faire un tour au parc près de chez moi avec mon amie Sarra (qui fait de très belles photos) et pour braver le froid le temps d’immortaliser la robe.

Le modèle est un patron vintage réédité par Vogue, le V2960, qui date à l’origine de 1954. Du coup cela se ressent sur la construction et sur les finitions (des boutonnières passepoilées !). Il y a aussi un détail sympa à la taille, que je n’avais jamais rencontré avant : une ceinture intérieure en gros grain qui s’attache avec un crochet pour garder la taille fine quoi qu’il arrive.

Le clou du patron, toutefois, c’est sans hésiter le grand décolleté dans le dos. Là encore le patron est bien taillé, le dos ne baille pas et les épaules restent bien en place malgré la largeur du décolleté. Quant au tissu c’est un lin imprimé un peu maya, trouvé à Sacré Coupons l’an dernier. Il est assez magique parce que même si c’est du lin il ne froisse vraiment pas beaucoup (et aussi car grâce à son imprimé patchwork bizarre, pas besoin de se casser la tête sur les raccords de carreaux !).

La robe se ferme avec une série de 9 boutons sur le devant (pas de fermeture éclair, yay !). Bon il faut l’avouer quand même, découvrir les boutonnières passepoilées quelques jours avant la deadline, et devoir en enchaîner neuf, c’était un peu tendu, mais le jeu vaut largement la chandelle. Je ne dis pas que j’en ferai à chaque fois mais sur des modèles rétro comme celui là c’est ce genre de petits détails qui fait la différence.

Bon je crois que ça se voit, je l’adore ! Je suis même assez fière d’avoir pris le temps de bien soigner les finitions malgré le peu de temps dont je disposais (note pour la prochaine fois : penser à commencer plus de deux semaines avant la deadline !). Je suis vraiment fan des patrons Vintage Vogue, les explications étaient très claires, et ça tombe bien car j’en ai quatre autres sous le coude sur lesquels j’aimerais bien plancher quand j’aurai du temps (vacances de Noël peut être ?) Bon allez je vous donne les références histoire de baver un peu : V1044, V1084, V1094 et V2903… J’avoue j’ai tendance à faire un tout petit peu d’achat compulsif de patrons, mais je me soigne. Par contre pour en faire une autre pour vendredi, je crois que ça va pas le faire… enfin pas grave je serai assez contente de remettre celle là !

Robe vintage
Réalisé en novembre 2011
Vintage Vogue V2960
Plis à la taille, fermeture par une rangée de boutons
Tissus maya en lin de chez Sacré Coupons